2023 : Une année déterminante

(Comment passer l’hiver… et les saisons suivantes ?)

Quitte à finir Cassandre, ayons le courage d’affronter la réalité en face pour mieux agir !

Le monde et la France qui en fait partie sont confrontés à un cocktail dont voici les composants :

  • Un tsunami climatique : Le dérèglement climatique n’est plus une hypothèse mais une réalité universellement observable. Malheureusement, cette prise de conscience arrive bien tard (après des décennies de greenwashing) alors que l’ombre de la vague nous surplombe déjà. Ainsi, quand bien même, l’humanité atteindrait demain la neutralité carbone (ce qui est loin d’être le cas), nous devons -inertie climatique oblige- nous préparer à une multiplication des accidents : canicules, inondations, feux de forêts, ouragans, famines, …. Et pourtant face à la montée du péril et de l’éco anxiété, il faut nous garder de sombrer dans le fatalisme et le chacun pour soi.
  • Une récession économique structurelle : Indépendamment des impacts financiers du réchauffement climatique (coût des réparations, dédommagement des victimes, arrêt des activités les plus écocides qui pèseront lourdement sur les finances publiques), l’économie mondiale après 50 ans de traitement libéral était déjà malade :
  • Complexification kafkaïenne de la mondialisation (ex : le cabillaud péché en mer du nord, transformé en Chine pour être vendu en surgelé à Fécamp)
  • Privatisation/Paupérisation des services publics et des biens communs : transport, énergie, santé, péages,
  • Culte de la réussite économique individuelle et de l’accumulation de richesses au détriment de la solidarité, du partage et de la sobriété
  • Endettement massif des états et des ménages (véritable épée de Damoclès)
  • Ubérisation, précarisation du travail et dumping social
  • Marchandisation de tout et de son contraire en dehors de toute éthique (Winamax : on est là pour gagner !)
  • Explosion des écarts de revenus et des inégalités de traitement
  • Laissez faire législatif des états (optimisation fiscale, concentration du capital et des entreprises, captation des ressources naturelles) au profit des plus argentés et de leurs lobbies
  • Au total une économie de prédation qui -tel un canard sans tête- court après un taux de croissance infini et un plein emploi de bullshits jobs dans une planète aux ressources limitées.
  • A ces deux périls déjà documentés, s’ajoutent d’autres risques :
  • Krach financier : Éclatement des bulles spéculatives (notamment immobilière), effondrement (en cours) des cryptomonnaies, des valeurs technologiques, notamment
  • Nouvelles pandémies probables du fait de la déforestation et du dégel du permafrost
  • Éclatement de conflits armés : Russie-Otan, États unis-Chine, notamment

Tout ceci sur un fond de fracturation sociale et démocratique

La tectonique des foules.

Depuis 1995, la fracture sociale dénoncée par Jacques Chirac n’a cessé de se creuser et sur à peu près tous les sujets, le combat a remplacé le débat.

(*) L’immigration, le partage de l’eau, la vaccination, la chasse, le nucléaire, la limitation de vitesse

Ainsi, on assiste à la montée des tensions entre les individus encouragés en cela par des profiteurs de crise :

  • Les Révoltés : Ceux qui n’en peuvent plus et risquent d’exploser violemment et/ou de s’affranchir des lois de la république : gilets jaunes, jeunes, agriculteurs, zadistes, indignés, scientist rebellion, …
  • Les Égoïstes : Ceux qui -pour conserver leur emploi et préserver leur cellule familiale- font profil bas et sont prêts à soutenir l’inacceptable : interdiction/répression des manifestations, prolongement infini de l’état d’urgence, expulsion, surveillance et contrôle social resserés, … Ils ne sont pas forcément dupes mais ils laissent faire en pensant échapper aux mailles du filet
  • Les Psychotés : Ceux qui sombrent dans la psychose, dans l’hystérie sanitaire et sécuritaire (« l’autre » est vécu comme un transmetteur de virus ou un terroriste) et exigent toujours plus de mesures barrières
  • Les Fondamentalistes : Ceux qui -consciemment ou non- profitent de la crise pour revendiquer le retour à un ordre ancien (travail-famille-patrie, religion, traditions, autorité musclée, anti IVG, ..)
  • Les Seigneurs : Les quelques privilégiés qui surfent sur les malheurs, les angoisses et les violences. Ils se recrutent parmi les élites politico économiques
  • Les Sages : Ceux qui restent lucides et critiques sur les évènements actuels et à venir

Les tensions à l’œuvre – Les secousses à venir

  • Les Psychotés et les Égoïstes partagent la même peur du désordre, de l’incertitude du changement. Ils adoptent a priori une attitude défensive (auto protectrice)
  • A priori offensifs, les Révoltés et les Sages en appellent à un monde nouveau : plus juste et plus humain :
  • Les uns sont ou seront dans l’action (les jambes)
  • Les autres sont dans le verbe. Ils proposent (la tête)
  • Offensifs et défensifs risquent de s’affronter car leurs aspirations sont a priori antagonistes
  • Les Seigneurs et les Fondamentalistes cherchent à tirer les ficelles, à exploiter les faiblesses des autres. Les Fondamentalistes authentiques sont dans une attitude offensive (attaque du système libéral actuel)

Un gouvernement largement discrédité

Dans ce contexte de montée des périls externes et internes, le pays aurait besoin d’un gouvernement éclairé (porteur d’une vision stratégique) et garant d’une respiration démocratique. Au lieu de cela, les Français doivent se contenter d’un pouvoir qu’ils jugent :

  • Aveugle (aucun projet de société porteur de sens) mais une succession de mesures contracycliques, de promesses non tenues (ex : l’isolation des logements) et de mesurettes (baisser la climatisation d’un degré)
  • Autiste (qui n’écoute pas la rue ni les élus, ni les corps intermédiaires, ni les scientifiques, ni les soignants, ni…)
  • Autoritaire (qui passe en force, réprime et stigmatise)
  • Mal attentionné (qui s’acharne à privilégier l’intérêt des lobbies économiques, des plus fortunés au détriment de la planète et de la population)

Perspectives à très court terme : Le risque d’effondrement social et démocratique

Devant nous 3 scénarios délétères déjà à l’œuvre et qui peuvent se cumuler :

  • L’embrasement (l’explosion sociale)
  • La balkanisation (l’implosion sociale)
  • La dictature (durcissement démocratique)

Description du scénario d’embrasement (l’explosion sociale)

  • La crise économique et climatique ou un évènement symbolique (violence policière, suicide d’un soignant, d’un étudiant,  ..) pousse à l’action les « révoltés » (écologistes de terrain, anticapitalistes, déclassés, salariés, …) suivi par une partie de la population
  • Les Égoïstes et les Psychotés réclament de la fermeté et 0 impunité pour pouvoir aller travailler et promener leurs enfants en toute tranquillité
  • Le gouvernement s’empresse de répondre à cette demande
  • L’engrenage de la violence-répression s’enclenche
  • Les Seigneurs et les Fondamentalistes cherchent à instrumentaliser les forces en présence
  • La suite est à imaginer

Description du scénario de balkanisation (l’implosion sociale)

  • L’inaction du gouvernement (à lutter contre le réchauffement climatique, la pauvreté et l’injustice) pousse une partie de la population à vivre en marge de la société ; c’est-à-dire à se constituer en communautés (ZAD, sectes, Amish, bandes de quartier, ..), à vivre dans la clandestinité et la débrouille. La France périphérique disparaît complètement des radars.
  • Les Souverains exploitent, instrumentalisent et flattent les Égoïstes et les Psychotés
  • Les Fondamentalistes partent à la conquête du pouvoir
  • La suite est à imaginer

Description du scénario de durcissement démocratique (dictature) :

  • Un attentat (ou un fait divers dramatique) pousse notamment les Psychotés et les Égoïstes à manifester leur raz le bol de la « chienlit » et à exiger une extrême fermeté pour pouvoir aller travailler et promener leurs enfants en toute tranquillité
  • Le gouvernement s’empresse de répondre à cette revendication en renforçant les mesures liberticides
  • La suite est à imaginer

L’urgence : Refaire société – Mobiliser l’intelligence collective avant qu’il ne soit trop tard

Toute analogie historique est risquée et pourtant comme en 1789, la distribution de pain (prime Macron, remise à la pompe, .. ) et le déploiement d’artifices démocratiques (grand débat, convention citoyenne pour le climat, Ségur de la santé, ..) ne suffiront pas à calmer la colère accumulée. Les mesurettes ne semblent plus à la mesure de la gravité de la situation climatique, économique, sociale et démocratique. Il est urgent d’opérer un changement radical de gouvernance afin d’éviter le pire.

Il s’agit de refaire société en commençant par faire appel à l’intelligence collective de tous sans exception dans un cadre organisationnel garantissant le débat démocratique (évitons nous la terreur blanche et/ou le retour de la monarchie). Ce cadre doit permettre d’éclairer, de mobiliser et de rapprocher les citoyens.

  • Éclairer-Comprendre. Il s’agit d’éclairer les points de vue en apportant une vision globale (systémique), finalisée (stratégique) et objective (scientifique) des évènements (économiques, technologiques, sociaux, politiques, climatiques…).
  • Rapprocher-Coopérer. Il s’agit de créer les conditions d’un dialogue sincère et constructif entre les acteurs ; de rapprocher et de faciliter la prise de décisions collectives ; de sublimer les égoïsmes et traditionnels clivages.
  • Mobiliser-Agir. Il s’agit de déclencher l’engagement, le passage à l’action en proposant une démarche résolument opérationnelle et motivante.

Principes d’actions : Afin de faire face à toutes les difficultés qui se présentent au pays, il paraît indispensable d’activer deux leviers :

  • Convoquer des « états généraux » pour garantir les droits de l’homme et de la planète.
  • Organiser partout sur le territoire des cercles/ateliers locaux permettant le débat constructif et la recherche action sur tous les thèmes (alimentation, sécurité, mobilité, … )

Ces principes pourraient se concrétiser à toutes les échelles : nationale, régionale, départementale et bien sûr locale (communes et EPCI)

A suivre La posture des élus locaux face au dérèglement mondial.

Laissez un commentaire - Partagez une initiative sur ce thème

%d blogueurs aiment cette page :