Site icon Créon – Un monde d'avenir

Suscitez l’adhésion à vos projets !

Un projet, c’est du carbone et de l’argent !

Ainsi, dans un contexte de crise systémique (notamment climatique et économique), il deviendra de plus en plus difficile d’engager un projet structurant (aménagement, immobilier, notamment) pour au moins 3 raisons :

Dans ce contexte, chaque projet d’envergure doit être le résultat d’un arbitrage éclairé (étude d’opportunité intégrant l’impératif de résilience) et d’un processus de mobilisation de l’intelligence collective qui implique au maximum l’ensemble des parties prenantes.

Avant de lancer le projet, évaluez a priori sa recevabilité climatique et sociale

Pour être recevable climatiquement, un projet devra de plus en plus démontrer sa contribution à la résilience du territoire :

L’absence ou le manque de recevabilité climatique expose le projet (et ses promoteurs) au risque de conflit avec tout ou partie des parties prenantes, ou de conflits entre parties prenantes (ex : affrontement entre « les pour » et « les contres » à propos des bassines).

Dans tous les cas, avant de lancer votre projet, réalisez une cartographie des parties prenantes rigoureuse pour identifier les forces en présence et les points de tension potentiels.

Cela ne veut pas dire qu’il faille renoncer à un projet si sa recevabilité sociale est faible dès lors qu’il est porteur de résilience (et donc de sobriété). Mais il faudra dans cette éventualité, adopter une stratégie de conduite du changement adaptée.

Les stratégies de résolution de conflits

Face à un conflit prévisible ou constaté, plusieurs stratégies sont à votre disposition

Dans l’ensemble, mieux vaut éviter de capituler. Pour le reste, le déploiement des autres stratégies sera fonction du rapport de force entre les parties prenantes et donc de la cartographie des parties prenantes.

Mobiliser l’intelligence collective – Impliquer les parties prenantes

Une fois convaincu de la légitimité objective de votre projet, reste à élaborer et déployer une stratégie de conduite du changement permettant de susciter l’adhésion d’un maximum de parties prenantes.

Pour chaque partie prenantes, plusieurs possibilités :

Sachant que plus une partie prenante se sent associée au projet, plus elle est susceptible d’y adhérer et de s’approprier sa concrétisation (le ou les livrables, qu’il s’agisse d’un tram-bus, d’un espace vert,..), sauf cas particulier, nous recommandons d’opter pour un processus extrêmement participatif :

Plus de détail sur Agorapolis

En conclusion : Susciter l’adhésion à un projet requière dans un premier temps de s’interroger sur la recevabilité climatique et sociale du projet, puis de se donner les moyens (donc le temps) d’une participation aussi large que possible des parties prenantes au projet.

Good night and good luck.

Quitter la version mobile